Revue Parcours "Les femmes et la création"  Montréal  juin 2017

    Violoniste depuis plus de trente ans avec l’ensemble de musique baroque, Les Arts florissants, à Paris, Michèle Sauvé est née au Québec. Française d’adoption, elle y a fait sa vie, mais revient régulièrement dans sa ville natale Montréal racines obligent. Cet été elle aura toutefois une raison supplémentaire pour venir nous rendre visite, la présentation d’une exposition à la galerie le 1040, rue Marianne est à Montréal, du 21 au 26 juin. C’est que Michèle Sauvé, en plus d’être une musicienne accomplie, entretien avec assiduité et passion une pratique en arts visuels dont le parcours, sans être insolite, n’en est pas moins intriguant.
    Violoniste d’orchestre, elle parcourt le monde et vit comme musicienne une vie rêvée. Sensible, impliquée, passionnée, son œil et son âme sont constamment sollicités par les environnements qu’elle visite. Ceux d’ailleurs comme ceux de son quotidien parisien.

     C’est dans ce contexte que les arts visuels se sont imposés à elle tout naturellement.

     Peut-être est-ce le souvenir de son père, Wilfrid Sauvé, photographe, jumelée à sa fascination pour la technologie s’additionnant à son intérêt irrésistible pour la peinture, tout cela mis ensemble et plus encore l’ont poussée vers une exploration picturale différentes.
Utilisant des outils et des moyens de notre temps, elle débute il y a quelques années une série de d’oeuvres numériques entièrement construit avec son « iPhone ». Grâce a des applications entièrement dédiées  à la transformation de l’image et spécialement conçues pour les téléphones intelligents, elle crée à partir de photos, des œuvres inspirées de sa réalité qu’elle transforme à sa façon avec grand talent. Peu à peu, son cheminement artistique la guide également vers un jumelage entre l’approche technologique et traditionnelle en peignant sur toile à partir de ses œuvres numériques qu’elle retravaille avec pigments et collages. Cette approche élargit son champ exploratoire et lui permet de s’exprimer à travers un registre plus large tantôt en préconisant seulement le numérique, tantôt  la technique mixte.

    Il en résulte des œuvres bien inscrites dans la modernité. Les plus réussies sont celles où l’artiste reconstruit des espaces pas à pas en préconisant et en établissant des associations esthétiques et stylistiques étonnantes.

Souvenez-vous de ce rendez-vous à la galerie 10 40, du 21 au 26 juin 2017 prochain et partez à la découverte d’une approche picturale qui en vaut le détour.

Michèle Sauvé

Art technotonique

texte: Robert Bernier,  juin 2017